Les territoires du Nord-Pas-de-Calais – Des milieux variés… mais fragmentés

21 fév

Article provenant du magazine « Le baromètre de la nature 2013, spécial Nord-Pas-de-Calais – Une biodiversité à protéger »

écrit par Etienne Hurault et de Catherine Perrin, sous la direction de Catherine Perrin et des illustrations de Philippe Mouche.

Le NPdC est l’une des régions métropolitaines où l’empreinte de l’homme sur la anture est la plus marquée. Sa forte densité de population (324 habitants/km²) y est pour beaucoup. Avec pour conséquence un taux d’artificialisation du territoire bien supérieur à la moyenne nationale. Les surfaces utilisables par les espèces se réduisent et celles-ci se retrouvent isolées par des barrières infranchissables.

Béton et bitume rognent aussi sur les terres agricoles, dont certaines sont propices à la biodiversité, telles que les zones humides cultivées (plaine de Scarpe-Escaut, marais audomarois), les bocages et les prairies (Boulonnais et Avesnois) « Les prairies sont aussi en régression à cause de l’abandon progressif de l’élevage – filière en difficulté – au profit de la culture, et à la forte pression foncière« , observe Isabelle Doresse, chef du service Eau-Environnement à la DDTM (1) du Nord.

Une région très agricole et très artificialisée :

Occupation du territoire en NPdC (pourcentages du territoire et milliers d’hectares), Variations entre 1998/2009 (données de la SIGALE) et Comparaison avec la France Métropolitaine (données de l’Agreste-Teruti-Lucas)

                                                      NPdC              Var 98/09          France Métro

Sols cultivés                               57,3% (707)         – 0,8%                  34,2%

+ Surfaces en herbe             16% (196)         – 1,1%             17,3%

= Sols agricoles                          73,3% (903)                                     51,5%

Sols boisés                                 9,2% (114)          + 0,6%                  31%   

Landes, friches                           0,8% (10)                 —                      5%*

Sols naturels/zones humides     1,2% (15)                 —                      3,5%

Sols artificiels                             16,5% (206)        + 1,3%                  9%

*Landes, friches, maquis et garrigues

La surface des zones artificialisées augmente tous les ans de l’équivalent de la superficie de Tourcoing (1500 hA).

Des coteaux calcaires du Boulonnais sont, quant à eux, progressivement remis en pâturage extensif, favorisant le retour d’une flore et d’une faune riche : orchidées, papillons, libellules et sauterelles. Dominantes dans le paysage, les grandes cultures aux productions variées (pomme de terre, betterave, lin, céréales,…) connaissent une exploitation souvent intensive. On y observe une diminution des plantes messicoles, ces fleurs annuelles accompagnant les moissons, qui n’apprécient guère herbicides et engrais : un tiers de ces espèces a déjà disparu et un autre tiers est menacé de l’être. Ce déclin affecte les insectes pollinisateurs et les oiseaux, qui se nourrissent des graines de ces plantes.

La région est la moins boisée de France, avec une forêt jeune, très morcelée, constituée à 10% de peupleraies et, pour autant, exploitée au même rythme qu’ailleurs. « Malgré tout, ces forêts de feuillus comptent une belle diversité et, à côté de la myriade de bois de moins d’un hectare, de grands massifs sont très intéressants (Desvres ou Boulogne à l’ouest ; Saint-Amand ou Trélon-Abbé-Val-Joly à l’est)« , reconnaît Emmanuel Catteau, phytosociologue au CBNBI (2). Dans le contexte régional, les clairières, lisières et chemins sont des havres pour des espèces fuyant l’agriculture intensive et les zones artificialisées.

La forêt en expansion :

Surfaces forestières (en milliers d’hA en 2009), taux de boisement et évolution des superficies forestières de 1981 à 2009 (sources de l’Inventaire forestier national – IFN)

Alsace                         Surface : 323             T > 35%           Ev de 0 à 10%

Aquitaine                    Surface : 1827           T > 35%            Ev de 0 à 10%

Auvergne                    Surface : 758         25% < T < 35%    Ev de 10 à 50%

Bourgogne                  Surface : 999         25% < T < 35%    Ev de 10 à 50%

Bretagne                     Surface : 396            T < 25%            Ev de 10 à 50%

Centre                        Surface : 940             T < 25%            Ev de 10 à 50%

Ch-Ardenne                Surface : 706          25% < T < 35%   Ev de 0 à 10%

Corse                          Surface : 497              T > 35%           Ev de plus de 50%

Franche-Comté           Surface : 727             T > 35%           Ev de 0 à 10%

Île-de-France             Surface : 260             T < 25%           Ev de 0 à 10%

L-Roussillon               Surface : 1245            T > 35%           Ev de plus de 50%

Limousin                     Surface : 579         25% < T < 35%    Ev de 0 à 10%

Lorraine                      Surface : 873             T > 35%           Ev de 0 à 10%

Midi-Pyrénées            Surface : 1371       25% < T < 35%    Ev de 10 à 50%

NPdC                           Surface : 98               T < 25%           Ev de 10 à 50%

Basse-Normandie       Surface : 173             T < 25%           Ev de 10 à 50%

Haute-Normandie       Surface : 228             T < 25%           Ev de 0 à 10%

Pays de la Loire          Surface : 342             T < 25%           Ev de 10 à 50%

Picardie                       Surface : 301             T < 25%           Ev de 0 à 10%

Poitou-Charentes        Surface : 403             T < 25%           Ev de 10 à 50%

PACA                            Surface : 1516           T > 35%           Ev de 10 à 50%

Rhônes-Alpes              Surface : 1754            T > 35%          Ev de 10 à 50%

Même constat pour les terrils, ces cent-cinquante montagnes de résidus miniers, aujourd’hui revégétalisées et exemptes de’intervention humain, sont des îlots de nature en paysage urbain. « On y trouve encore le tarier pâtre, l’alouette lulu et d’autres espèces des milieux ouverts, devenues rares ailleurs« , commente Vincente Cohez du CPIE (3) Chaîne des terrils. « Même chose pour le crapaud calamite, qui en a fait son bastion ! » Il faut dire que son habitat d’origine, les dunes – soit les deux tiers du littoral -, a subi deux vagues d’artificialisation en soixante ans (ports puis stations balnéaires) et souffre de la fréquentation humaine.

Les mares formées à partir d’affaissements miniers ou d’anciens bassins de décantation sont aussi une aubaine pour plusieurs espèces inféodées aux zones humides, milieux en forte régression, en quantité comme en qualité. Ce dont témoignent les libellules et les demoiselles. Pour Cédric Vanappelghem, animateur du groupe Odonates au GON (4), « le déclin de 43% des espèces de la région, et d’abord des espèces spécialistes, trahit une banalisation des zones humides à force de curage et recalibrage ; et surtout une amplification de l’eutrophisation ». Ce phénomène de prolifération des végétaux, dû à de fortes concentrations en nitrates ou phosphore, d’origine agricoles (engrais), urbaine et industrielle, affecte l’état écologique des rivières, surtout dans le Nord, davantage peuplé, industrialisé et couverts de cours d’eau artificialisés (digues, canaux, etc.) que le Pas-de-Calais. La fragmentation des cours d’eau par des seuils et par des barrages pose un autre problème : celui de la libre circulation des poissons migrateurs.

L’état chimique de l’eau est plus problématique encore, d’après Jean Prygiel, de l’Agence de l’eau Artois-Picardie. Les principaux polluants sont les HAP (5), des molécules toxiques libérées par la combustion de matières organiques (pétrole, bois…) et contre lesquelles il est difficile de lutter étant donné leurs origines multiples et diffuses. Les suivis révèlent aussi une lourde pollution d’origine minière et industrielle aux PCB et aux métaux (cadmium, chrome…). Même si elle est aujourd’hui mieux maîtrisée, cette pollution est bien réelle dans les sédiments.

(1) Direction départementale des territoires et de la mer.

(2) Conservatoire botanique national de Bailleul.

(3) Centre permanent d’initiatives pour l’environnement.

(4) Groupe ornithologique et naturaliste Nord-Pas-de-Calais.

(5) Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques.

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus