Nettoyage à Wimereux : Pierres qui roulent, après c’est la mousse !

28 juin

Bonjour à tous ! 

Comme à peu près tous les deux mois, je vais faire un nettoyage de plage avec l’association Nature Libre, dont je suis membre depuis le dernier nettoyage. Mais en ce dimanche 14 juin, je n’étais pas seul contrairement à d’ordinaire : j’étais accompagné d’un ami de longue date, compagnon de natation, Chewbi – Vincent sur sa carte d’identité.

Après un voyage aller sous le son de rockeurs et de métalleux – Hellfest style – nous arrivâmes à bon port et à l’heure (quand je suis en avance, j’arrive toujours à être en retard au final à cause d’un truc). Il fut facile aisé de trouver le fameux stand de Thomas car un joyeux groupe de scouts – toujours prêts – habillés en orange type feu tricolore s’est proposé pour nous aider à rendre une de nos plages de la Côte d’Opale un peu plus propre.

Nettoyage à Wimereux : Pierres qui roulent, après c'est la mousse !  dans Actions

Scouts, toujours prêts (Source Nature Libre)

Des salutations. Une explication pour les habitués. Puis hop, c’est parti ! Chewbi et moi partîmes avec nos 2 sacs, un dédié aux déchets recyclables et l’autre pour les… autres, à la recherche de la pollution visible : les macro-déchets. Dès le début, c’est une gymnastique à prendre : on voit le déchet qui peut être du bois, du plastique, une canette ou encore du polystyrène qui est un vrai fléau puisqu’on ne peut le distinguer facilement des galets de même couleur. On s’abaisse. Génuflexion. On se relève. On met le déchet dans le sac adéquat et on recommence.

Les habituels sont là : plastiques divers et variés, des fins comme des épais, déchets issus de la pêche, paquets de chips, mégôts, polystyrène, canettes (on voit déjà que la majorité des déchets proviennent des terres et non de la mer seule). Les toujours surprenants préservatifs – au moins ils/elles se sont protégés contrairement à l’environnement  et sur les cailloux çà ne doit pas être confortable – je dis çà, je ne dis rien – ou encore les palettes, tente, chaussures et gants. Et les animaux décédés, dont nous vîmes deux durant le nettoyage : un jeune oiseau et un marsouin qui étaient dans un état de décomposition avancé. Les services dédiés ont été appelés pour retirer ces cadavres car nous ne pouvons les retirer comme çà.

Nettoyage de la plage des Boucaniers à Wimereux
Album : Nettoyage de la plage des Boucaniers à Wimereux
Rendons propre et faisons un acte citoyen le 14 juin.
24 images
Voir l'album

Plus nous avancions, plus nous trouvions de déchets de grande taille et moins de « petits » déchets, montrant l’impact de l’Homme sur les endroits fréquentés de manière plus habituelle et massive, sur le littoral touristique. Dans le coin des falaises, où coule une eau fraîche fraîche et délicieuse, à moins qu’elle soit polluée en amont par des pesticides ou toute autre cochonceté. Nous avons trouvé des palettes et la tente, qui fut rapportée par un de nos compagnons au bras bandé dont je n’ai malheureusement pas retenu le prénom avec ma mémoire à court terme nullarde. Si, toi, personne au prénom inconnu, tu lis cet article et tu te reconnais, je te remercie pour l’aide que tu as apportée et aussi d’être sur mon blog.

A partir de là, çà se corse – petit bonjour en passant à nos amis de l’Ile de Beauté. Chewbi ayant mal à son poignet, le retour avec les palettes et les deux sacs fut presqu’une odyssée homérique. A chaque instant, le spectre de l’entorse, parmi les pierres qui bougent et qui roulent sans crier gare, nous attendait en riant. Gnark Gnark Gnark. Jamais un kilomètre fut aussi long. Nous glissions comme le matériel avec les mains moites, les palettes étaient dans un équlibre instable et précaire, partant d’un côté à l’autre. Nous nous arrêtions de temps en temps, savourant le paysage maritime des falaises marrons puis grises. Au final nous laissâmes tomber, à 250 mètres de la zone de stockage, pour le prendre morceau par morceau.

Avec le temps que nous avions mis pour revenir, le résultat fut le suivant : plus de boissons fraîches pour nous et plus de gâteaux. Ce n’était pas grave, nous allions boire une petite boisson après. Il y avait de nombreux sacs mais il s’agissait en majorité de plastiques fins qui prennent de la place mais pèsent peu. C’est pour cela que nous avons récolté « que » :

250 kg

de déchets récoltés. Ce qui porte à plus d’une tonne et demie de déchets récoltés depuis le début de l’année.

Comme nous le disons tout le temps, nous savons que cette quantité est une goutte d’eau dans l’océan de la pollution mais nous faisons notre travail de citoyen et d’éducation. Sans être des extrémistes ou des je-m’en-foutistes, nous sommes là à nettoyer notre coin, que nous apprécions et que nous voulons qu’il reste ainsi propre. Beaucoup de personnes se plaignent mais peu agissent, et nous sommes celà tout simplement.

Merci de m’avoir lu.

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus